Une aventure en autonomie assistée dans le pas de Paul-Émile Victor

Points forts

  • Exploraton inédite à pied de la côte est du Groenland
  • Une partie de l’itinéraire en reconnaissance
  • 14 jours de marche en autonomie assistée
  • Un condensé de paysages arctiques banquise, icebergs, inlandsis, glaciers de montagne, fjords
  • Les petits villages inuits aux maisons colorées
  • Guidés par un AEM français diplômé
  • Richesse de la biodiversité arctique

Au départ de Kulusuk, nous naviguons entre les icebergs pour rejoindre Tiniteqilaaq, point de départ de notre périple, à l’embouchure du fjord Sermilik. À pied, nous longeons ce fjord mythique dans le pas de Paul-Émile Victor, surplombant celui que les inuits nomment la voie des icebergs». Nous explorons ensuite l’intérieur des terres et nous confrontons à une nature imposante et démesurée, avant de tenter d’atteindre la naissance du fjord Sermilik. Au total, 14 jours de marche en autonomie assistée, dont 4 jours de reconnaissance à travers la vallée Tasiilap Kuua. Une exploration inédite de la côte Est du Groenland destinée aux trekkeurs chevronnés qui souhaitent découvrir cette région à pied, en harmonie avec la nature, ou pour ceux qui aspirent à découvrir l’environnement polaire en vu d’une expédition plus longue et plus engagée. Une immersion originale dans un condensé de paysages arctiques imposants à la biodiversité si riche, ponctués d'arrêts dans de petits villages inuits aux maisons colorées.

18 jours
Prochain départ assuré le 13/07/2023
Estimation empreinte carbone par voyageur :
2,10 tonnes de CO2
Activité :Treks et randonnées
Niveau physique :Difficile
Nuit la plus haute :Inf. à 2 500 m
Confort :Bivouac
Taille du groupe :de 4 à 8 personnes
Voyage personnalisable :Oui
Code produit : TAM02067
à partir de4 390
Trekking dans le fjord Sermilik sur la côte est du Groenland
Randonnée et observation des iceberg dans le fjord Sermilik
Randonnée vers le village de Tiniteqilaaq
Trekking entre les fjords de l'est du Groenland
Voyage d'aventure et bivouac au bord du fjord Sermilik
Randonnée vers le lac aux saumons sur la côte est du Groenland
Trekking, bivouac et iceberg le long du fjord Serminik au Groenland
Randonnée et pêche au saumon dans l'est du Groenland
Trek dans la vallée de Tasiilap Kuua à la naissance du fjord Sermilik
Randonnée dans la région des Big Walls sur la côte est du Groenland
Trek en chemin vers le village de pêcheur de Kuummuit sur la côte est
Voyage d'aventure dans le village de pêcheurs de Kuummiut sur la côte est du Groenland

Descriptif

LES INUITS DE LA CÔTE EST DU GROENLAND 

Lorsqu’en 1884 un bateau danois accosta sur la Côte Est du Groenland, ses occupants rencontrèrent 11 communautés inuits et découvrirent l’île d’Ammassalik. Ce fut le dernier groupe humain de l’hémisphère Nord qui entra ainsi en contact avec le reste de l’humanité.

Cette information à peine croyable s’explique par la présence d’un courant maritime venu du pôle Nord (Polar Stream) qui déverse un flot d’éléments de la banquise fracturé et déplace les énormes icebergs des glaciers environnants en été en direction du Sud, le long du Groenland. En quelque sorte, une barrière naturelle principalement constituée de glace de mer morcelée, restée très longtemps infranchissable qui a isolé ces chasseurs nomades du reste des humains y compris de leurs congénères inuits de l’Ouest.

Dans les années 1930, à peine un demi-siècle plus tard, c’est le jurassien Paul-Émile Victor qui y arriva, à ski avec ses compagnons, lors d’une expédition venant de la côte Ouest. L’intrépide jeune homme décida qu’il se ferait adopter par une famille de chasseurs inuits. Il y séjourna comme un inuit au milieu d’autres inuits une année durant. L’occasion de réaliser une remarquable étude ethnologique de cette population, sortie très peu auparavant de ce que l’on pourrait comparer chez nous à l’époque des chasseurs-cueilleurs.

Le chercheur renouvela cette opération à plusieurs reprises lors de très longues campagnes d’études avec le support logistique du mythique « Pourquoi Pas ? » le navire d’exploration du Commandant Charcot.

Plus que sur la côte Ouest, l’isolement est important :  20 000 km de côte du Nord au Sud avec seulement 3500 habitants répartis dans 5 villages et 2 bourgs.

Pour le moment, la prospection minière ne s’est pas implantée. La pêche en mer reste artisanale dans le mode de capture des poissons. La chasse au phoque et occasionnellement la chasse réglementée à l’ours restent des ressources économiques, des emplois directs et indirects, bien qu’en forte diminution. Dans cette société façonnée par les valeurs scandinaves, les services et, à présent, le tourisme mobilisent une part importante des emplois restants.

Notre séjour permet des échanges avec cette population attachante lorsque nous séjournons à Tasiilaq mais aussi dans un petit village de chasseurs.





LES VILLAGES INUITS TRAVERSÉS PENDANT NOTRE TREK

KULUSUK
C’est notre porte d’entrée sur le territoire Groenlandais car un aérodrome international y est implanté. Situé sur une île, le village conserve des activités traditionnelles de chasse aux mammifères marins : phoque, ours et baleine. Il possède des structures d’hébergement aux standards proches des nôtres : auberge, hôtel.

TINITEQILAAQ
En 2017, il a été le lieu du tournage du film « Une année polaire » du réalisateur français Emmanuel Collardey. Lors de nos déambulations, il n’est pas rare d’y reconnaître les acteurs qui, en fait, jouent leur propre rôle sous leur propre nom : Julius l’inuit à la casquette, Tobias le chasseur professionnel de phoques et d’ours, les élèves de l’école… Ce film sans prétention se déroule principalement pendant la saison enneigée mais il présente de très belles vues des parcours que nous explorerons à pied.
Ici comme dans les autres villages de la région d’Ammassalik, le travail de préparation des peaux de phoques et d’ours par la population se fait au grand air devant les maisons des inuits ou dans un local ouvert au public. 

KUUMMIUT
Kuummiut est le principal village de la région qui tire ses revenus de la pêche en mer. Des bancs de capelans s’y réfugient en début d’été. Les inuits les nomment « Ammassat », ce qui a donné son nom à l’île d’Ammassalik où ce poisson est très présent.
Plus tard dans la saison, les capelans sont utilisés comme appâts par les inuits pêcheurs des villages de Kuummiut ou de Sermiligaaq plus au Nord. Leur pêche artisanale permet de capturer des flétans qui pullulent près des fronts glaciaires quelques semaines l’été. A Kuummiut, une industrie de transformation des produits de la pêche s’est installée.

Jour par jour

JOUR 1 : EUROPE — REYKJAVIK (ISLANDE)

Jour 1

Selon l’horaire de l’avion, envol depuis l’Europe pour Reykjavik, la capitale islandaise. Arrivée à Keyflavik, l’aéroport international de l’île, puis transfert vers notre auberge en centre ville. Installation et découverte libre à pied de Reykjavik. 

en flybus (collectif) environ 1 h Repas : petit-déjeuner libre (non inclus) – déjeuner libre (non inclus) – dîner libre (non inclus) Hébergement : nuit en auberge

JOUR 2 : REYKJAVIK (ISLANDE) — KULUSUK (GROENLAND) — TINITEQILAAQ

Jour 2

Selon l'horaire de l'avion, transfert à l'aéroport domestique de Reykjavik et envol pour Kulusuk, petite ville authentique située sur l’île du même nom sur la côte est du Groenland. Dès notre atterrissage à Kulusuk, nous plongeons dans l'ambiance polaire avec des colosses de glace errant dans l’océan, les premières maisons colorées et les hurlement des chiens de traîneau. Le premier glacier n'est seulement qu'à un jet de pierre. C'est le point de départ de notre immersion dans la civilisation Inuit.
Nous rejoignons à pied le port où nous attend le bateau qui nous servira de logistique.
Une fois le bateau chargé, nous naviguons dans un entrelacs d’îles à travers un système de fjords seulement lisible par notre pilote. Nous devons parfois slalomer entre les icebergs avant d'atteindre le village de Tiniteqilaaq.

Une fois installée dans notre maison de village, nous préparons ensemble nos sacs pour notre exploration des prochaines jours. En effet, c'est le dernier endroit où nous pouvons ajuster notre logistique avant de partir en autonomie pour 14 jours. Tout le groupe est sollicité pour le transport et le conditionnement des derniers achats en nourriture et carburant.
S'il nous reste un peu de temps, nous explorons ce petit village d'une centaines d'âmes où une partie de la population vit de la chasse aux phoques et aux ours polaires. 

Selon les horaires d’ouverture, possibilité d’accéder à la douche dans le local communal chauffé (non compris). 

en taxi(collectif) et en bateau privés environ 2 h Repas : petit-déjeuner à l'auberge — déjeuner libre (pique-nique) — dîner dans la maison de village, préparés par nos soins Hébergement : Nuit dans une maison de village inuit

JOUR 3 : ENTRE LES FJORDS SERMILIK ET AMITSARTIVA

Jour 3

Aujourd'hui c'est le grand départ de notre exploration de la côte est du Groenland. Nous partons à pied le long du fjord Sermilik avant de prendre un peu de hauteur sur les collines qui le bordent. Sur ces crêtes le contraste est saisissant avec à notre droite le blanc infini des glaciers qui coiffe les montagnes et à gauche les nuances de bleues qui animent le fjord régulièrement fréquenté par le phoque, la baleine à bosses, la baleine bleue, le narval voire l’ours polaire. 

Sur la rive opposée du Sermilik, à seulement quelques kilomètres de nous, la calotte glaciaire du Groenland, imposante et lumineuse, se dévoile. Épaisse par endroits de plus de 3 000 mètre de glace elle couvre près de 80 % du territoire groenlandais. C’est ici, dans cette ambiance de bout du monde que l'explorateur et ethnologue français, Paul-Émile Victor achève sa traversée Ouest-Est du Groenland en traineau à chiens en 1936.

Une première journée de marche sans difficulté technique, sur un itinéraire assez vallonné qui ne dépasse pas les 400 mètres d'altitude. Nous atteignons le petit fjord secondaire d’Amitsartiva où nous établissons notre premier camp.

environ 7 h environ 16 km + 500 m Repas : repas préparés par nos soins avec la nourriture de raid transportée dans nos sacs Hébergement : nuit sous tente

JOUR 4 : SUR LES TRACES DE PAUL-ÉMILE VICTOR

Jour 4

Dans la matinée, nous reprenons notre marche pour rejoindre un autre lieu marquant pour Paul-Émile Victor dans son exploration du Groenland, la cabane de Parnakaajiit. C'est ici que Paul-Émile Victor connut de nombreuses péripéties au cours de l’hiver 1937 lors de son immersion auprès d'une communauté d’inuits.
En chemin, nous traversons sans grande difficulté nos premiers cours d'eau en sandales avant de poursuivre sur de belles pelouses vertes où poussent les camarines et quelques bolets. C'est le glacier en amont du lac qui libère ses eaux glaciales et chargées de fines paillettes de silice. 
Nous installons notre camp pour les deux prochaines nuits dans un endroit calme avec une vue imprenable sur le fjord Sermilik.
L'endroit est idéal pour les amoureux de grands espaces sauvages et pour les photographes. À la proximité du fjord s'ajoute un incroyable dédale d’icebergs démesurés dérivant lentement vers Tiniteqilaaq, d'imposants glaciers qui contraste une nouvelle fois avec le vert de la pelouse constellée de fleurs.
Ce soir nous bénéficions d'un premier ravitaillement acheminés par bateau et préparons ensemble le dîner à base de produits frais.

environ 5 h environ 14 km + 200 m Repas : repas préparés par nos soins avec la nourriture de raid transportée dans nos sacs et les produits frais du premier ravitaillement Hébergement : nuit sous tente

JOUR 5 : POINT DE VUE SUR LE GLACIER HELHEIM

Jour 5

Aujourd'hui, nous partons pour une randonnée plus légère, sans portage (uniquement les affaires de la journée), dans les environs de la célèbre Cabane de Parnakaajiit. L'objectif de cette marche est de prendre de la hauteur afin d'observer le glacier Helheim, principal responsable de l’embouteillage du fjord.
C’est un glacier phénoménal, directement relié à la calotte glaciaire du Groenland, qui vêle dans l’océan des colosses de glace étincelants.
À ce titre, il fait parti des glaciers parmi les plus suivis ces derniers temps par les glaciologues car il serait en passe de devenir le deuxième plus gros débiteur d’icebergs au Groenland après le glacier Sermeq Kujalleq qui alimente la très fréquentée baie d’Ilulissat sur la côte Ouest.
Le dernier gros vêlage du glacier Helheim a eu lieu en juin 2018 et il a beaucoup fait parler de lui en libérant un iceberg de un kilomètre carré en surface et pour un volume évalué à dix milliards de mètres cubes. Impressionnant ! De plus, compte tenu de la configuration des lieux, il est possible qu’il ne soit pas encore arrivé sur la « voie des icebergs » et qu'il soit toujours prisonnier du fjord initial qui se jette dans le fjord Sermilik. Enfin, une photographie aérienne a mis en évidence en août dernier l’existence d’une fracture récente d'environ 2,5 kilomètres de long dans la partie cohérente reliée au glacier. Cette forte activité récente laisse présager le détachement d’icebergs de taille assez monstrueuse.
Retour au camp et dîner avec le reste des produits frais. 

randonnée sac léger déterminée sur place en fonction de la forme du groupe Repas : repas préparés par nos soins avec la nourriture de raid transportée dans nos sacs et les produits frais du premier ravitaillement Hébergement : nuit sous tente

JOURS 6 À 8 : TREK VERS LE LAC DES SAUMONS ET LE FJORD QINGERTIVAQ

Jour 6 à 8

Après une journée plus légère en camp fixe, nous reprenons notre itinérance en autonomie pour les trois prochains jours. Nous prenons la direction du Lac des Saumons et du fjord Qingertivaq.

Le jour 6, nous permet de rejoindre le Cap Nuuk pars un itinéraire côtier vallonné. En route nous franchissons un large, mais facile, passage à gué au débouché d’une vallée glaciaire. Nous établissons notre camp sur un site exceptionnel en bordure de fjord.

Nombre d’heures de marche : environ 7 h
Distance : environ 16 km
Dénivelé : + 420 m
Repas : repas préparés par nos soins avec la nourriture de raid transportée dans nos sacs
Hébergement : nuit sous tente

Le jour 7, nous tournons provisoirement le dos au fjord Sermilik pour nous immerger dans une nouvelle ambiance. En moins d’un kilomètre, les espaces côtiers dans lesquels nous évoluons depuis plusieurs jours cèdent la place à une large vallée à fond plat. Nous sommes rapidement plongés dans une ambiance de commencement du Monde comparable à celle qui a probablement baigné les premiers humains qui sillonnèrent les vallées alpines. Les paysages se muent alors en torrents dévalant les montagnes et achevant leur course dans les méandres de vastes tourbières ocres, en glaciers recouvrant les parois en cascades bleutées, en sommets puissants et imposants, en paradis sauvage peuplés d'oiseaux migrateurs.
Nous établissons notre camp sur les rives du Lac des Saumons. Ici, dans cette étendue d'eau douce, un pêcheur attentif peut capturer en quelques minutes seulement un poisson d'une qualité rare et apporter au camp une nourriture fraîche pour agrémenter les prochains repas. Autour de nous, chaque vallée est occupée par un glacier et cernée par des aiguilles effilées qui s'étendent vers le ciel. 

Nombre d’heures de marche : environ 5 h
Distance : environ 13 km
Dénivelé : + 175 m
Repas : repas préparés par nos soins avec la nourriture de raid transportée dans nos sacs ou plus selon l’habileté des pêcheurs
Hébergement : nuit sous tente

Le jour 8, afin de faire reposer un peu nos organismes du poids de nos sac, nous protégeons notre nourriture de l’appétit des renards polaires avant de partir explorer les reliefs environnants avec un sac léger (portage de la journée uniquement). Nous profitons encore de la soirée et de la nuit à proximité du Lac des Saumons.  

Nombre d’heures de marche : randonnée sac léger déterminée sur place en fonction de la forme du groupe
Repas : repas préparés par nos soins avec la nourriture de raid transportée dans nos sacs ou plus selon l’habileté des pêcheurs
Hébergement : nuit sous tente

JOUR 9 : FJORD QINGERTIVAQ ET FJORD TASIILAQ

Jour 9

Aujourd'hui, nous quittons notre joli campement en bord de lac et reprenons notre itinérance. En une demi-journée de marche nous rejoignons la rive droite du fjord de Qingertivaq au Nord du village inuit de Kuummiut. Nous déjeunons au bord du fjord en attendant le pilote inuit qui vient nous ravitailler en produit frais pour les prochains jours. Nous profitons de sa présence pour changer de fjord et naviguer vers le fjord de Tasiilaq, à ne surtout pas confondre avec le bourg du même nom. En langue inuit « Tasiilaq » signifie « qui est comme un lac ». C’est donc dans un fjord très étroit, là où il se connecte au fjord de Kuummiut, que nous passerons notre prochaine nuit.
Plus qu'un simple transfert, cette navigation est une véritable immersion dans la région que nous allons explorer à pied les jours suivants. Nous pénétrons dans une zone dominée par d'imposantes parois verticales recouvertes de glaces qui s’écoulent vers les vallées. Certaines falaise s'élèvent à plus de  2 000 mètres au-dessus de la mer.
Depuis notre camp, la vue à 360° est exceptionnelle sur des phénomènes naturels impressionnants. Le fjord de Tasiilaq est surplombé au Nord par une muraille d’aiguilles grises hérissées et se poursuit dans un bleu azur au Sud. À l’Est, un imposant glacier de calotte se répand en différentes langues blanches semblant nous barrer le chemin.
Nous cuisinons notre dîner à partir des mets apportés lors du ravitaillement en bateau.

en bateau privé environ 1 h environ 3 h environ 7 km + 75 m Repas : repas préparés par nos soins avec la nourriture de raid transportée dans nos sacs et les produits frais du second ravitaillement Hébergement : nuit sous tente

JOURS 10 À 13 : RETOUR AU FJORD SERMILIK PAR LA VALLÉE DE TASIILAP KUUA

Jour 10 à 13

Ces quatre prochains jours nous permettent de nous approcher au plus près de la partie la plus en amont du fjord Sermilik. L’occasion pour nous d’évoluer dans des espaces toujours plus sauvages, isolés et grandioses.

Le jour 10, nous débutons notre marche dans l’immense vallée de la Tasiilap Kuua qui s'étire vers le Nord. Elle est dominée par des aiguilles cristallines qui s’élancent vers le ciel. Plus ici qu’ailleurs, les versants sont tapissés de nombreux glaciers. Une belle et longue étape ponctuée par le franchissements de quelques torrents et avec en point d'orgue le passage un petit col avant de redescendre vers le fjord.

Nombre d’heures de marche : environ 8 h
Distance : environ 20 km
Dénivelé : + 300 m
Repas : repas préparés par nos soins avec la nourriture de raid transportée dans nos sacs
Hébergement : nuit sous tente

Le jour 11 est consacré à l'exploration de la partie la plus amont du fjord Sermilik, là où il nait de l’union de trois fjords colossaux : à l’Ouest celui où vêle le glacier Helheim, au Nord celui du Fernisgletscher et à l’Est le fjord Ningerti. Sur la rive opposée s’étend le Schweitzerland, un nom qui ne laisse aucun doute sur le côté montagneux du paysage qui nous fait face. Nous sommes dans la démesure !
Comme évoqué précédemment, ces lieux ont été le cadre des péripéties hivernales vécues par Paul-Émile Victor lors de ses longs séjours d'exploration du Groenland dans les années 1930. La présence d’un glacier nommé « 16 septembre » est très évocatrice.

Nombre d’heures de marche : environ 4 h
Distance : environ 7 km
Dénivelé : + 25 m
Repas : repas préparés par nos soins avec la nourriture de raid transportée dans nos sacs
Hébergement : nuit sous tente

Le jour 12, nous revenons sur nos pas et retrouvons la vallée de Tasiilap Kuua où nous établissons notre camp. Nous découvrons ces paysages d'une rare beauté sous un autre angle, une autre lumière.

Nombre d’heures de marche : environ 4 h
Distance : environ 7 km
Dénivelé : + 200 m
Repas : repas préparés par nos soins avec la nourriture de raid transportée dans nos sacs
Hébergement : nuit sous tente

Le jour 13 est consacré à la traversée à pied de la vallée pour rejoindre l’extrémité Sud du fjord Tasiilaq et d'établir notre camp à proximité d'un glacier que nous traverserons le lendemain.
Déjeuner préparé par nos soins avec la nourriture de raid transportée dans nos sacs.

Nombre d’heures de marche : environ 8 h
Distance : environ 20 km
Dénivelé : + 100 m
Repas : repas préparés par nos soins avec la nourriture de raid transportée dans nos sacs et les produits frais du second ravitaillement
Hébergement : nuit sous tente

JOUR 14 : EXPLORATION DE LA RÉGION DES BIGWALLS

Jour 14

La journée est entièrement consacrée à l’exploration de l’incroyable région des Bigwalls avec un sac léger (portage de la journée uniquement).
Repas élaborés par nos soin avec les produits frais apportés lors du ravitaillement en bateau.
Nuit sous tente.

jour 14 Repas : repas préparés par nos soins avec la nourriture de raid transportée dans nos sacs Hébergement : nuit sous tente

JOUR 15 : DE L’AUTRE COTÉ PAR LE GLACIER

Jour 15

Aujourd'hui, nous reprenons notre itinérance à pied en direction de « Tuno », littéralement « l’autre côté ». Cap vers l’Est et ce splendide glacier, embrasé hier soir par les nuances de rouge incandescentes du soleil de minuit. Nous remontons sa moraine frontale pour prendre pied sur la glace. Nous traversons le bras inerte de ce géant endormi, dont les membres démesurés s'étirent vers les sommets, les vallées et les fjords voisins. Bien qu'évoluant sur un glacier, notre progression reste celle de randonneurs et non celle d’alpinistes. Par conséquent, point de crampons à prévoir et point de crevasse à redouter là où nous passons. La traversée du glacier ne représente qu'une heure de marche dans la journée. Nous atteignons enfin la vallée et établissons notre dernier camp au pied d’autres très beaux glaciers de cirque ou de paroi.
Repas préparés par nos soins avec la nourriture de raid transportée dans nos sacs.

environ 6 h environ 10 km + 320 m Repas : repas préparés par nos soins avec la nourriture de raid transportée dans nos sacs Hébergement : nuit sous tente

JOUR 16 : KUUMMIUT

Jour 16

Aujourd'hui, nous plions notre camp et partons pour notre dernière randonnée en direction d'un fjord recelant une anomalie paysagère déjà mentionnée par Paul-Émile Victor. Nous la découvrirons ensemble. Nous achevons notre exploration à pied de la côté Est du Groenland en longeant les eaux turquoise du fjord jusqu'au petit village de pêcheurs de Kuummiut.
En fonction de notre arrivée au village, visite à pied de Kuummiut avant de retrouver notre pilote inuit et son bateau et de naviguer une nouvelle fois entre les icebergs jusqu'au village de Kulusuk.

en bateau privé environ 3 h environ 6 h environ 15 km + 230 m Repas : petit-déjeuner préparés par nos soins — déjeuner d'un pique-nique — dîner à l'auberge Hébergement : nuit en auberge

JOUR 17 : KULUSUK — REYKJAVIC

Jour 17

Selon l'horaire de l'avion, visite libre du village de Kulusuk où résident quelques chasseurs de baleines. Il est parfois possible de croiser le retour de cette chasse très réglementée et si impressionnante.
La visite du musée des traditions inuits peut également être une option intéressante.
Transfert à l'aéroport et envol pour Reykjavik, puis transfert collectif vers notre auberge islandaise. 
En fonction de l'heure d'arrivée temps libre dans la capitale islandaise.
Dernier moment de partage autour d'un dîner libre afin que chacun puisse manger à son goût.

en avion et en flybus (collectif) environ 2 h Repas : petit-déjeuner en auberge – déjeuner en auberge – dîner libre (non inclus) Hébergement : nuit en auberge

JOUR 18 : ISLANDE - EUROPE

Jour 18

Tôt le matin, transfert collectif vers l’aéroport international de Keflavik et envol pour l'Europe.

en flybus (collectif) environ 1 h Repas : petit-déjeuner libre (non inclus) – déjeuner libre (non inclus) – dîner libre (non inclus)

FIN DE PROGRAMME

Important : des aléas climatiques tels qu’une forte houle, la banquise dérivante ou autre pouvant empêcher les transferts en bateau au départ de Kulusuk à l’aller ou à destination de ce même village au retour, un ou plusieurs vols en hélicoptère à l’aller et/ou au retour peuvent être sollicités pour remplacer les transferts maritimes initialement prévus. Le surcoût de 100€/vol/personne est à la charge des participants.
Ce voyage n’est pas adapté aux personnes à mobilité réduite.

Infos Techniques

Accompagnement

Nous serons accompagnés par Michel Clar ou un autre accompagnateur en montagne diplomé d'Etat ou guide polaire. Le nom du guide vous sera confirmé lors de l'envoi de votre dossier départ. Le guide vous fera partager ses connaissances et sa passion pour l'environnement polaire. Il sera assisté par des chauffeurs de bateau inuits qui assureront les ravitaillements et les transferts.

Pour des raisons imprévisibles à ce stade, notamment de météo mais aussi de forme ou de méforme des participants, votre guide peut être amené à adapter voire à interrompre votre programme, à tout moment s'il l’estime nécessaire, que ce soit pour l’ensemble du groupe ou pour quelques participants, et pour le bon déroulement de votre voyage. Il reste seul juge et le garant de votre sécurité.

Niveau de difficulté

Niveau physique : difficile

Ce programme s'adresse à des participants en bonne forme physique, ayant une pratique sportive significative, d'endurance notamment, détenant un excellent mental permettant de faire face à des difficultés par nature imprévues.

Il faut être autonome et être capables de couvrir à pied des étapes de 10 à 20 kilomètre par jour avec un sac d'une quinzaine de kilo contenant vos affaires personnelles, de la nourriture pour 2 à 4 jours ainsi que le matériel de bivouac et cuisine. La capacité à porter doit être évaluée avec sérieux. Cf la rubrique « équipement » ci-dessous. Bien que les dénivelés quotidiens sont la plupart du temps inférieurs à 500 m, il est important de retenir que ni la distance moyenne des étapes ni le faible dénivelé ne sont des critères de difficulté ou de facilité dans un voyage sur la côte Est du Groenland.

La principale difficulté de cet itinéraire réside dans le fait que notre progression se fait HORS SENTIER, sur des terrains très variés, chaotiques et assez exigeants de pelouse, de moraine, de pierraille, de glacier ou encore de rive de fjord. Cette particularité du terrain entraine par conséquent une forte amplitude au niveau des pas ce qui nous oblige a être endurant.
Il n'est pas rare non plus de devoir traverser, en toute sécurité, des rivières à gué non-aménagés. Les vertus de l’eau fraîche sur les jambes ne sont plus à démontrer.
Toutefois, à aucun moment nous devons utiliser nos deux mains en même temps pour franchir des obstacles, seulement une seule pour s’équilibrer, ce qui nous rappelle que nous évoluons dans un environnement de moyenne montagne avec des techniques de randonnée pédestre et non d’alpinisme.

Des capacités d'adaptation et un esprit d'équipe et de solidarité sont également indispensable pour profiter pleinement de ce voyage au coeur de grands espaces isolés. 
Il faut apprécier la vie saine et rustique du trekkeur le plus souvent en autonomie et en immersion pendant 14 jours dans un autre civilisation.
Cela suppose de :

  • partager le portage et l’utilisation de sa tente avec un autre membre de l'équipe et être quotidiennement responsable du montage-démontage de celle-ci
  • porter sa propre nourriture lyophilisée et partager le portage de quelques équipements collectifs de trek (réchaud, popote, carburant...)
  • consommer la nourriture de raid sélectionnée et acheminée de France ainsi que les produits achetés sur place (très comparables aux nôtres)
  • participer quotidiennement à la logistique du camp : aller chercher de l’eau potable et de vaisselle, aider à la cuisine, à la vaisselle, etc.
  • participer à la sécurité du camp si un ours polaire a été repéré dans la région.

L’ours polaire est endémique de la région. Cet animal emblématique est le plus gros prédateur terrestre. Bien qu'il s’intéresse principalement aux phoques, il peut se montrer curieux vis à vis des humains.
Mais contrairement au Spitzberg, où les contacts sont nombreux car les ours y sont peu farouches, les ours polaires en terre inuit ont une expérience pluri-millénaire des contacts souvent létaux avec les humains. Ils sont plus méfiants mais leur menace est bien réelle sur ce territoire.
Des échanges réguliers avec les chasseurs inuits et notre partenaire local permettront de définir les parades appropriées lors des camps au bord des fjords.
Vous pourrez être sollicités, selon son appréciation, par votre accompagnateur, spécialiste des territoires à ours polaires, pour veiller 1h à 1h30 par nuit, à tour de rôle par binôme, pour assurer le repos des autres participants.
Votre accompagnateur assure la sécurité du camp contre les ours polaires avec différents niveaux d’équipements, dont un fusil à très gros calibre. Il en reste le seul utilisateur potentiel autorisé.

Pour la sécurité du groupe, votre accompagnateur aura à sa disposition un téléphone satellite. Les villages ont accès au réseau GSM, comme chez nous. Les coûts des appels en réception et émission restent toutefois élevés. Les pannes d’accès au réseau rendent ce moyen de communication peu fiable malgré tout. Afin d’éviter des factures colossales, nous recommandons de désactiver la réception de datas dès le décollage de France.

Hébergement

En auberge, en chambre twin ou petits dortoirs, à Reykjavik.

En maison de village ou refuge à quelques centaines de mètres du village avec toilettes sèches, pas d’eau courante à Tiniteqilaaq. Possibilité d’accéder à une douche chaude dans le local communal chauffé (supplément à payer sur place).

En auberge, en chambre twin, à Kulusuk.

Sous tente deux places pendant les 14 jours de marche. Les tentes légères (moins de 2 kg) et adaptées au voyage sont fournies. Les températures nocturnes sont rarement négatives. Vous devez prévoir un sac de couchage chaud (0, -5°) et un drap-sac. Pour ceux qui veulent tenter l'expérience, la nuit à la belle étoile est possible.

Repas

Comme mentionné au programme, les repas sont libres à Reykjavik (jours 1, 17 et 18) et à Kulusuk (jour 2).

Le village de Tiniteqilaaq possède un magasin où on trouve un choix correct de produits alimentaires frais ou emballés, du pain, des pâtisseries... En outre, notre groupe est ravitaillé à 2 reprises lors de l’itinérance.

IMPORTANT : tout au long du trek, le guide est assisté des participants pour la confection des repas.

Pour les repas lors des itinérances et des bivouacs, nous avons sélectionné des plats lyophilisés haut de gamme. Ils sont légers à transporter et copieux.

3 repas sont consommés dans la journée :

  • Un petit déjeuner généralement à base de produits céréaliers cuisinés (porridge, semoule) rarement secs (muesli), confiture, boisson chaude (thé, café, chocolat). Ce repas majeur de la journée permet d’assurer les efforts physiques de la matinée au moins.
  • Un déjeuner froid pouvant être pris rapidement en cas de mauvais temps. Retenez que c’est le moins copieux des trois repas de la journée.
  • Un dîner copieux avec des plats chauds : soupe en entrée, plat de résistance très complet, la plupart du temps un dessert.
  • Vivres de course : selon vos besoins personnels, vous pourrez compléter les vivres de course prévus par les vôtres. A la condition de les porter vous-même.

L’eau abonde dans ces régions polaires où le permafrost bloque l’infiltration des écoulements venus des glaciers. Aucun troupeau, aucun rejet urbain ne viennent la contaminer lorsque nous marchons. Plutôt que de nous charger d’une gourde lourde, nous puisons directement l’eau des torrents dans une petite tasse pliante que nous conservons dans notre poche. Une gourde souple (donc compressible lorsque vide) de maximum 1L reste dans le sac à dos pour les zones où il pourrait ne pas y avoir d’eau potable.

Lessive : Il sera possible de faire quotidiennement un peu de lessive, afin d’éviter d’emporter trop de rechange. Privilégiez les lessives biodégradables. Vous utiliserez vos petites cuvettes pliables ou souples et verserez les eaux usées de vaisselle et lessive dans le sol plutôt que dans les torrents, les lacs ou la mer.

Transferts / Transport

Les transferts, de ou vers l’aéroport, sont assurés en transport collectif flybus ou taxi et en bateau privé au Groenland.

Taille du groupe

Le groupe est composé de 4 à 8 participants au maximum. Le nombre de participants est volontairement limité pour permettre une meilleure immersion, pour ne pas embarrasser nos hôtes, pour développer des espaces de liberté et permettre une grande souplesse de fonctionnement. Toutefois, le nombre maximum peut être dépassé dans le cas où la dernière personne qui s’inscrit souhaite voyager avec une autre ou plusieurs autres personnes voyageant avec lui. Les prestations ne seront pas modifiées et les conditions du voyage seront identiques de ce fait.

Équipement

L'équipement personnel n'est pas fourni. Une liste complète vous est cependant proposée pour vous permettre de vérifier que vous prenez ce qui est nécessaire.

Tout le matériel de logistique est fourni, notamment les tentes et les pulkas, ainsi que tout le matériel collectif dont les réchauds, etc. Votre accompagnateur dispose d’un téléphone satellitaire, d’un GPS et d’une balise de géolocalisation. Nous fournissons, également gracieusement, le sac de couchage grand froid (–30 °C/–35 °C) et le matelas. Le reste de l’équipement personnel n’est pas fourni. Une liste complète vous est proposée plus bas dans ce document.

Nos engagements pour un développement durable

Nos engagements font de Secret Planet un acteur par nature responsable, mais nous devons, comme chacun, faire plus et mieux. Vous trouverez plus loin, dans ce document, une présentation synthétique de notre charte du développement durable et de nos actions, au travers de six thématiques sur lesquelles nous agissons le plus concrètement possible, le plus souvent avec vous : l’équité sociale et le respect culturel, la préservation de l’eau et la gestion des déchets, la protection de la biodiversité, votre sensibilisation à ces sujets et celle d’un plus large public et enfin, l’optimisation et la valorisation des émissions de CO2Pour en savoir plus sur notre charte et nos engagements en matière de développement durable.

Concernant les émissions de CO2, dont la majeure partie est due à l’aérien, nous avons calculé et communiqué dès 2018, sur l’empreinte carbone de chacun de nos programmes, exprimée en tonnes de CO2.

Ces calculs nous ont fait prendre conscience de l'importance des émissions carbone totales générées par notre activité. Aussi, nous nous sommes engagés en 2022 dans une réduction carbone que nous pensons inédite dans l'industrie du tourisme, visant à faire baisser de 5 % par an les émissions totales de notre activité en prenant 2019 comme année de référence (3 430 tonnes de CO2). Cet engagement s'inscrit dans la trajectoire des accords climat de Paris de 2015, la référence actuelle. Ainsi, en 2030, nous ne pourrons dépasser 2 160 tonnes de C02 et d’ici là, chaque année, dès que l’empreinte carbone budget sera atteinte, nous cesserons de prendre toute réservation sur l'année en cours. Ainsi, notre budget « carbone » maximum pour 2022 est de 3 260 tonnes et pour 2023, ce budget sera réduit à 3 100 tonnes. Et ainsi de suite jusqu'en 2030. Pour en savoir plus sur l'ensemble de nos calculs et de nos engagements en matière de réduction de nos émissions carbone.

Par ailleurs, depuis 2019, nous vous encourageons lors de votre inscription à votre voyage à contribuer par un don auprès d’une association indépendante, parmi celles que nous avons sélectionnées. Nous avons adossé le montant de ce don à l'empreinte carbone du programme. Ainsi, le voyage que vous envisagez dans cette fiche technique génère 2,08 tonnes de CO2, ce qui correspond à un don à 100 % de 62 € pour une valeur estimée aujourd’hui de 30 € la tonne de CO2. Ce don demeure bien sûr facultatif et vous pouvez décider de donner entre 0 et 100 % de ce montant, sachant que si vous êtes imposable en France, vous pourrez bénéficier de près de 41 € de réduction d’impôts (66 %) l’année prochaine car ces associations sont reconnues d’utilité publique. De 2019 à 2021 incluant deux années Covid, nous avons ainsi pu collecter près de 7 000 € pour ces associations grâce à vous.

N’hésitez pas à nous interroger sur nos engagements durables et à partager avec nous vos expériences, de vive voix ou en nous contactant par mail à contact@secret-planet.com.

Mot de l'expert

Michel Clar, accompagnateur en montagne

Ce trek est une exploration polaire estivale inédite. Je vous guide sur des sites autrefois occupés par de petites communautés inuits. Dans les années 1930, Paul-Émile Victor y a vécu d'émouvantes péripéties qu'il relate dans ses carnets d’ethnologue.

Pour notre part, nous cheminons à pied pendant deux semaines parmi les espaces montagneux qui bordent notre « fil rouge », le fjord Sermilik. C'est le deuxième fjord le plus chargé d’icebergs de l’hémisphère Nord. Il est alimenté à la fois par des glaciers de montagne mais aussi directement par la calotte glaciaire du Groenland, sur la rive opposée. Celle-ci se déverse dans le fjord par le discret mais non moins puissant glacier Helheim. Depuis quelques années, ce dernier fait l’objet de la plus grande attention de la part des glaciologues, tant sa production d’icebergs est hors normes. Cette exploration a pour objectif de remonter le fjord Sermilik jusqu’à sa naissance.

Sur la Côte Est de cette île gigantesque, nous sommes dans les « Alpes Groenlandaises ». Le contraste saute aux yeux : nous évoluons à pied dans des ambiances de haute montagne, pourtant à faible altitude, le tout sans jamais recourir à des techniques d’alpinisme.

Nous sommes régulièrement ravitaillés par des pilotes inuits lors de plusieurs phases de 2 à 4 jours où nous progressons en totale autonomie, coupés du reste du Monde.

Une expérience de trek vraiment très forte si près de chez nous !

Dates et Prix

Veuillez trouver ci-dessous toutes les dates et les prix correspondant à ce voyage. Les prix sont indiqués « à partir de » et peuvent être ajustés selon le nombre de participants et également les vols en fonction de votre date de réservation (Cf. détails dans la fiche technique). Merci de noter que les dates et prix pour les années au-delà de 2020, quand ils sont donnés, le sont à titre indicatif et sont susceptibles de modifications et de réajustements pour prendre en compte la réalité économique du moment.

Le prix comprend

Les transferts tel qu’indiqués dans le programme. Hébergement tel qu’indiqués dans le programme. Repas tel qu’indiqués dans le programme. Accompagnement tel qu’indiqués dans le programme. Équipement tel qu’indiqués dans le programme. Carnet de voyage tel qu’indiqués dans le programme. Entrées parcs et sites tel qu’indiqués dans le programme.

Le prix ne comprend pas

Vol international aller/retour. Tous les accompagnements, hébergements ou repas mentionnés « libre » dans le programme. Les boissons et les « extra » personnels. Autres suppléments liés à certaines dates de départ spécifiques, à un nombre de participants inférieur, à votre souhait de « fermer » le groupe de participants, etc. Les assurances complémentaires facultatives, qu'il s'agisse notamment des frais de recherche et de secours, des frais médicaux et du rapatriement, de l'interruption ou de l'annulation de voyage.

Personnalisation

Nous mettons à votre service notre expertise, notre connaissance du terrain, notre créativité, notre expérience, la qualité de nos guides et la fiabilité de nos partenaires pour construire votre voyage à votre mesure. De même, nous ajustons un voyage à vos souhaits dès que vous formez un groupe « fermé », quel que soit son nombre de participants.

Ainsi, sauf votre autorisation, aucun participant extérieur ne se joint à vous et nous pouvons personnaliser votre voyage en l’adaptant à votre rythme, avec les extensions de parcours que vous désirez, un niveau de confort supérieur, certaines activités, d’autres rencontres, etc.

Tout voyage de ce type fait l’objet d’un devis spécifique. Pour nous interroger dès maintenant, nous vous engageons à remplir le petit questionnaire ci-dessous. Un de nos chefs de secteurs reviendra vers vous pour affiner votre demande et vous faire une proposition.

Consentement RGPD
Les données saisies dans ce formulaire sont conservées par nos soins afin de pouvoir répondre au mieux à votre demande. Tamera accorde de l’importance à la gestion de vos données, en savoir plus sur notre démarche Données Personnelles.

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires