11 février 2020 - Asie du sud-est et Pacifique, Chine

Suite à notre voyage de reconnaissance effectué en décembre 2019 dans les parties centre-sud du Laos et centre-nord du Vietnam, nous développons un programme spécifique à ces régions éloignées des grands centres touristiques, au cours duquel nous naviguons dans des grottes exceptionnelles et rencontrons des peuples méconnus. Nous travaillons aussi sur un voyage au Vietnam du nord au sud, axé sur la rencontre de peuples emblématiques dans des villages restés isolés, aussi bien au nord du pays que dans le village katu de Lang Aur au centre Vietnam. Nous modifions également notre programme à travers le Laos du nord au sud pour passer dans cette magnifique région karstique de Khammouane.

 

Le voyage-reconnaissance accompagné par Jerôme en décembre 2019 avait deux buts principaux de découverte :

  • explorer plus en profondeur la région karstique de Khammouane, au centre-sud du Laos ;
  • être le premier groupe de voyageurs à découvrir le village isolé de Lang Aur habité par le peuple katu, au centre-nord du Vietnam.

De plus, nous devions effectuer des repérages sur la liaison entre ces deux régions, et nous avons choisi de les faire du côté laotien de la cordillère Annamitique. Une autre option aurait été de passer par le côté vietnamien, via la région des spectaculaires grottes de Phong Nha.
Nous avons opté pour le côté laotien, car il y avait plus d’enjeux de découverte de régions très peu connues, à tel point que certains partenaires locaux n’ont pas osé nous aider dans notre démarche, ne connaissant pas du tout les lieux. Par ailleurs, nous souhaitions emprunter un nouveau poste frontière, celui de La Lay, ouvert depuis seulement quatre ans et menant directement à la région vietnamienne de A Luoi.

 

Région karstique de Khammouane, au centre-sud du Laos

Nous avons donc débuté le voyage par les beaux paysages karstiques de la région de Khammouane, qui comptent parmi les plus spectaculaires de la planète, et se prolongent au centre Vietnam par la région des grottes de Phong Nha. En compagnie de notre excellent guide, Daosavanh, nous avons navigué à contre-courant sur la rivière Hin Boun qui traverse la grotte de Konglor, longue de sept kilomètres. Mais au lieu de faire un aller-retour, nous sommes restés dans la région du village de Ban Natane, de l’autre côté de la grotte, où il est possible de dormir chez l’habitant. Avec l’aide d’une ONG rhône-alpine, une forme d’écotourisme intéressante a en effet été mise en place.
Nous sommes ensuite partis à pied du village de Ban Na Thone pour rejoindre le lac de barrage sur la Nam Theun, et après avoir suivi une ancienne piste forestière désaffectée menant vers un plateau, nous avons découvert dans la partie haute de nombreuses bouses d’éléphants sauvages. Il y aurait une dizaine de specimens qui arpentent ces forêts et savanes. Au bord du lac, où de nombreux arbres morts s’élancent vers le ciel, nous avons ensuite rejoint un bateau pour nous rendre en deux heures de navigation à l’auberge de Tha Lang.
Puis, nous avons remonté la rivière Xe Bang Fai en deux heures de pirogue à moteur jusqu’au beau village de Nong Ping, porte d’entrée vers la grande grotte que traverse la rivière. C'est en kayak que nous avons effectué un aller-retour à travers cette grotte de Tham Khoun Xe, longue de onze kilomètres, avec sept passages de rapides qui ont nécessité de passer à pied. La grotte possède une belle chambre avec quantités de stalagmites et stalactites de toute beauté. 
Nous avons aussi repéré quelques autres belles zones karstiques à découvrir plus en profondeur, notamment du côté de Nong Chan et Nong Seng, non loin de la frontière vietnamienne.

À noter qu'il y a un an nous avions effectué une autre reconnaissance qui partait de la région de Khammouane pour rejoindre par voie terrestre les régions du nord-est du Laos en passant par la Plaine des Jarres. Nous étions ainsi allés au mont Phu Pha Thi, situé au coeur du parc national de la Nam Et, également connu sous le nom de Lima Site 85, un des lieux les plus mythiques de la guerre secrète au Laos. Le Phu Pha Thi, à l’allure d’une forteresse calcaire, culmine à 1786 mètres. Vu son étrange apparence, il est depuis toujours sacralisé et interdit par les groupes ethniques voisins, Khmu, Dao et H'mong, ces derniers y voyant la résidence des Phi (les génies).

 

 

Village katu de Lang Aur, au centre du Vietnam

Cela faisait plus de deux ans que Mathieu, basé à Danang, était en négociation avec les autorités vietnamiennes pour que des étrangers puissent, enfin, aller visiter ce village de Lang Aur habité par le peuple katu. Nous étions, en effet, le tout premier groupe de voyageurs étrangers à découvrir cette petite pépite.
Ce village n’est accessible par aucune route, ni même aucun sentier ou piste que des motos puissent emprunter. Il faut compter quatre à cinq heures de marche pour accéder à ce village, situé au fond d’une vallée reculée et boisée, sur un plateau au pied d’une chaîne de montagnes, couvertes de forêts, qui font partie d’une zone probablement bientôt déclarée parc national. Il n’y a donc pas d’accès possible non plus de ce côté-là.
Cet isolement protecteur et son environnement forestier lui confèrent une notion d’insularité, permettant de conserver ses spécificités naturelles, ethnographiques et sociales. Durant la guerre du Vietnam, ces hauteurs furent utilisées comme maquis et hôpital de campagne par l’armée du Nord-Vietnam. Ainsi, les Katu du secteur participèrent au conflit comme commandos, porteurs et poseurs de pièges. 
Ce qui est étonnant, c’est que les villageois katu sont ainsi forcés à être quasi autonomes, pratiquant la pisciculture, l’élevage et différentes cultures, le tout étant parfaitement bio par la force des choses. Le village est aussi très propre. Les nombreux cochons du village vivent en semi-liberté de l’autre côté de la rivière, sur les pentes boisées, où ils se nourrissent un peu par eux-mêmes. Les villageois vont leur apporter un complément de nourriture deux fois par jour, à 6 h du matin et à 16 h. C’est toute une expédition, en procession... !
De culture patrilinéaire et animiste, l’univers des Katu est circulaire. Tout est de forme arrondie : villages, toits des habitations, gongs, jarres, pipes et tambours. La maison communautaire, appelée grawl, au centre du village, n’échappe pas à la règle. Elle cumule des fonctions sociales et sert de site pour des rites animistes, notamment les sacrifices de buffles.

 

Entre la région karstique de Khammouane et le village katu de Lang Aur

Pour aller vers le village de Lang Aur, au Vietnam, depuis la région de la rivière Xe Bang Fai, au Laos, nous sommes donc partis à l’aventure à travers la partie laotienne. Une piste vient cependant d’être nouvellement tracée et nous avons pu aller bien plus facilement que prévu jusqu’à Xepon, bourgade située sur la route entre la ville laotienne de Savannakhet et le col de Lao Bao, frontalier avec le Vietnam. Du coup, nous avons passé une journée complète pour aller explorer une belle région située au nord-est de Xepon, en direction du Phu Salia, montagne frontalière du Vietnam.
Plus au sud, nous avons découvert les très longs ponts provisoires en bambou et bois qui franchissent la rivière Xe Lanong, mais avons été déçus par les villages du peuple Ta Oy, qui vivaient autrefois dans de longues maisons. Tout a été reconstruit en plus moderne avec l’aide de fonds d’ONG.
Une autre surprise a été le poste frontalier de La Lay, ouvert depuis seulement quatre ans, et accessible par une belle route toute neuve en provenance de Saravane. Les Vietnamiens construisent de grands bâtiments pour en faire un axe majeur d’accès à Hué depuis la Thaïlande, via le Laos.
Côté vietnamien, nous avons rejoint le point de départ du trek vers le village de Lang Aur en passant par A Luoi et A Roang. Haltes sympathiques avec, en chemin, de beaux paysages montagneux couverts de forêts. Nous avons traversé les contreforts de la cordillère Annamitique, qui sert de frontière entre Vietnam et Laos, dans la région où ces montagnes sont les plus hautes, atteignant 2 500 mètres par endroits.

 

Nouveau voyage de découverte du centre-sud Laos et du centre-nord Vietnam

Nous mettons donc en place un nouveau programme, dont l’intérêt est de découvrir ces régions isolées du Laos et du Vietnam, qui ne sont pas facilement accessibles depuis les régions touristiques habituelles des deux pays.
Nous prévoyons de débuter le voyage par une traversée du Mékong directement vers la ville de Thakhek, depuis la ville de Nakhon Phanom, en Thaïlande, où l’on peut accéder en avion depuis Bangkok. Cela nous permet de faire quelques visites de régions karstiques proches de Thakhek, notamment de grottes avec des bouddhas, avant de rejoindre la rivière Hin Boun, la grotte de Konglor et le village de Ban Natane, puis de partir en trek de Ban Na Thone vers le lac de barrage de la Nam Theun, et vers Tha Lang en bateau. 
Dans la région de la rivière Xe Bang Fai, nous prévoyons de nous faire déposer en kayak en amont de la grotte Tham Khoun Xe, à environ une journée de navigation de l’entrée de la grotte. Puis nous traversons les 11 kilomètres et les 7 rapides de la grotte, et continuons même plus en aval à travers des paysages bien bucoliques, villageois et champêtres. 
Pour rejoindre le village de Lang Aur, nous optons finalement pour un passage par le côté vietnamien. Cela nous permet de faire en chemin une découverte plus approfondie du beau secteur karstique de Nong Chan et Nong Seng, que nous n’avions fait que longer, avant de rejoindre le Vietnam par le col de Mu Gia. Et nous pouvons ainsi aller également découvrir la belle région karstique des grottes de Phong Nha. Parcouru par le plus long fleuve souterrain au monde, l'ensemble du site de Phong Nha est classé au patrimoine de l'Unesco depuis seize ans. Il s'agit d'un réseau de cavernes et de grottes, au nombre de 300, s'étirant sur quelque 70 kilomètres, dont 20 seulement ont été explorées. 
Pour rejoindre A Luoi depuis Phong Nha, nous empruntons la route nationale 14, qui a été construite, il y a une dizaine d’années, le long des montagnes frontalières du Laos sur un ancien tracé de pistes Ho Chi Minh.
Découvrez ce nouveau voyage Paysages karstiques et peuples au centre de la péninsule indochinoise.

 

 

Immersion ethnique dans des villages isolés du Vietnam, du nord au sud

Avec ce village de Lang Aur des Katu, nous avons ainsi eu l’idée de regrouper quelques-unes des plus belles autres pépites de villages ethniques isolés, à la rencontre des peuples qui les habitent. Ce sera sous la forme d’une traversée du nord vers le sud du Vietnam, en trois semaines environ.
Nous rencontrons d’abord les Lolo noirs dans leur fief du haut Tonkin, puis le peuple h’mong blanc dans la région très karstique de Dong Van, tout au nord du Vietnam. Après la rencontre avec les H’mong, les Tai Lu, les Yao et les Thai noirs, nous rejoignons ce village de Lang Aur habité par les Katu au centre Vietnam. Nous rejoignons enfin un village des Raglai au sud Vietnam, avec final chez les Cham dans la région côtière du Panduranga, entre Nha Trang et Phan Thiet.
Outre ces beaux villages isolés bien sélectionnés, cela nous permet de découvrir aussi de bien beaux paysages, notamment les rizières en terrasses et paysages karstiques du nord Vietnam, et les étonnantes dunes côtières en pays cham. Nous rencontrons bien sûr d’autres peuples, marchés, villes et sites en chemin, que nous découvrons au fil de notre progression du nord vers le sud.
Découvrez cette Immersion ethnique dans des villages isolés du Vietnam, du nord au sud.

   

Les katu du haut Xekong, au sud du Laos
Cette approche du peuple katu que nous avons pu faire dans le village de Lang Aur, du côté vietnamien, ne doit pas nous faire oublier qu’il subsiste au sud du Laos une poche de villages isolés habités aussi par des Katu dans le bassin du haut Xekong, qui fut longtemps une « zone blanche ». Nous gardons toujours en tête d’aller à leur rencontre, et prévoyons même avec Nicolas une nouvelle expédition, qui se fera en octobre 2020 ou un peu plus tard. La date reste encore à définir.
En attendant, vous pouvez consulter les détails du voyage que nous proposions les années précédentes à la rencotre des Katu du haut Xekong.

Voyage Laos nord/sud modifié pour passer par la région de Khammouane
En raison des changements que connaît le nord du Laos à cause de la poussée chinoise, il nous semble opportun de déplacer le centre de gravité de notre voyage de traversée du Laos plus au sud, qui reste plus authentique.
Notre nouveau voyage à travers le Laos du nord au sud passera ainsi dans la région karstique de Khammouane, en provenance de la « plaine des jarres » et avant de rejoindre la région de Pakse et du plateau des Bolovens.