28 avril 2022 - Amériques, Népal, Trekking, Expéditions, Témoignages

Nous partons avec notre ami Olivier Bourcet pour l'ascension de l’Island Peak, à 6 189 mètres, un beau sommet népalais qui se mérite... Le passage sur l'arête finale et l'arrivée au sommet nous font dominer cet incroyable océan de montagnes : Everest, Makalu, Lhotse, mais aussi Baruntse et Ama Dablam. Mais avant ce bouquet final, Olivier nous fait vivre en live un très beau trek par les hauts cols de l'Everest (Renjo, Cho La et Kongma La), qui nous fait passer par le Gokyo Ri, le Kala Pattar et le camp de base de l'Everest. Six passages à plus de 5 000 mètres. Une acclimatation optimale pour tenter d'atteindre le plus beau belvédère de la région qu'est l'Island Peak. Une belle aventure à suivre...

Suivez leur progression en direct sur notre live <

10 mai

Nous quittons Pengboche non sans amertume après l’accueil formidable que nous avons reçu. Nous retrouvons rapidement les sentiers des grands treks et laissons derrière nous les montagnes du Khumbu et de l’Everest ainsi que l’Island Peak que nous étions venus chercher. L’altitude décroît rapidement et nous sentons tout les bienfaits de nos journées d’acclimatation sur  nos organismes. Libre à chacun de faire son analyse de cette magnifique aventure qui nous a permis à la fois d’emprunter les grands sentiers de treks pour la nécessaire acclimatation à la haute altitude et de vivre une véritable ascension en très haute altitude à 6189 mètres dans un contexte expédition. La réussite de l’équipe est due à une excellente préparation personnelle mentale et physique et une parfaite organisation TAMERA qui nous a permis d’être focus sur  l’objectif sans sortir de notre bulle. Une aventure à conseiller, qui permet de valider des acquis pour franchir un pallier vers des sommets à 7000 mètres. Nous atteignons Namche Bazar dans l’après midi et sommes maintenant à une journée de marche de Lukla.

 

9 mai

Les journées ont désormais une autre saveur puisque nous prenons le chemin du retour en direction de Lukla. Le rythme est différent, on se surprend à flâner et tarder sur les chemins, quelques photos, les plaisanteries fusent au sein de l’équipe, les porteurs sont heureux. Nous sommes presque devenus une famille après 3 semaines ensemble. Nous dégustons des petits plats locaux jusqu’alors déconseillés pour éviter les intolérances alimentaires avant une ascension. Pengboche sera notre étape pour la nuit, nous en profitons pour nous rendre au monastère et nous immerger un peu plus dans la culture népalaise et bouddhiste. Un peu de détente ce soir, nous arrosons notre Aventure et le succès de l’ascension a 6189 mètres avec toute l’équipe : "ce qui se passe au Népal reste au Népal " ……Namaste. 

 


8 mai 

00h00 chacun sort de sa tente avec son matériel et 4 heures de sommeil en poche. Frontales vissées sur le casque nous quittons le camp de base à 5080 mètres et démarrons la pente raide enneigée et parfois glissante, pour rejoindre le glacier après plusieurs heures. Le rythme est bon, régulier, nous progressons en file indienne jusqu’au glacier où nous chausserons les crampons et le matériel de montagne pour cette fois ci fonctionner en cordée de 5 entre les crevasses bleues aux dents acérées prêtes à condamner toute erreur ou imprudence. Le glacier se relève et la pente a 80% par endroits nous donne du fil à retordre sur les 300 derniers mètres. Quelques blocs de glace et de rochers qui se détachent nous demandent bcp de vigilance et de veille sur le collectif. Nous sortons au sommet à 6189 mètres en 8 heures d’ascension consécutifs  avec 100% de réussite dans notre équipe. Mais l’objectif ne sera atteint qu’une fois redescendus en sécurité au camp de base, une fois tout risque écarté et l’adrénaline retombée. Nous pousserons jusqu’à Chukkung pour y passer la nuit après une journée de 14 heures d’efforts entre 5000 et 6189 mètres. La joie est perceptible sur nos visages malgré la fatigue, mais le succès est partagé avec nos porteurs sans qui cette aventure ne serait possible dans ces conditions. Les prochains jours nous permettront de redescendre vers Lukla puis Kathmandu avec probablement de belles rencontres pour marquer la fin de cette «  Aventure de l’intérieur ». Namaste
 


7 mai 
 

Un jour important puisque c’est le départ pour le camp de base avec toute l’équipe et le matériel . Les flocons de neige nous accompagnent jusqu’au «  Base camp ». Rythme régulier et comme on dit, il faut savoir en garder sous le pied !! La météo est favorable, nous partirons vers 00h30 en direction du sommet de l’Island Peak, température annoncée de -15 et vent de Nord 30-44km/h. Appréhension et excitation envahissent chacun de nous pour la suite de l’Aventure. Heure du coucher à 18h, chacun dans sa tente dans une ambiance expédition au milieu de cette trentaine de tentes oranges unicolores. La nuit s’annonce très courte, et la prochaine journée plutôt longue. N’oubliez pas de nous suivre. 
 


 

6 mai

Lever tardif ce matin et journée réservée à la récupération, on appelle cela « faire du jus ». Reposer les corps, contrôler le matériel, consulter les conditions météo, se mettre mentalement dans l’objectif que nous nous sommes fixés, ancrer le travail d’acclimatation réalisé jusqu’alors et surtout le plus important : prendre du plaisir à l’effort. La sécurité et la communication au sein de notre équipe sont primordiales. Demain nous partons pour le camp de base avec l’équipement et après démain si tous les paramètres sont favorables l’objectif sera l’Island Peak à 6189m dans cette merveilleuse vallée du Khumbu face à l’Ama Dablam.
Suivez nous bien sur le « live » ces 2 prochains jours car sans réseau de communication je ne pourrai vous faire vivre cette "Aventure de l’intérieur"  qu’à  posteriori !
A très vite avec de belles choses à vous raconter, sans se la raconter !!! Namaste 

 

5 mai 

Namaste ! Lever avec un grand soleil ce matin et bien vite nous quittons Lobuche. Nous mettrons 3 heures pour franchir le Kongma La (5535 mètres) après 700 mètres de dénivelés positifs dans une pente abrupte et sous le poids de nos chaussures qui craquent sur le sol gelé. La montée est difficile mais tellement magnifique; d’un côté le Pumori et l’Everest s’éloignent , nous quittons cette vallée glaciaire pour arriver au sommet à 5535 mètres et basculer sur une autre vallée et retrouver la vue sur l’Ama Dablam, le Makalu et l’Island peak notre objectif d’ascension. Un magnifique lac turquoise nous renvoie toute son énergie : un moment de détachement spirituel envahit chacun de nous….
Notre période d’acclimatation touche à sa fin, notre rythme de progression est désormais bien calé car n’oublions pas que nous avons rejoint 2 guides népalais parfaitement acclimatés et entraînés, il a donc fallu s’adapter sans trop charger nos organismes.
Pour la descente il nous faudra avaler 800 mètres de dénivelés négatifs pour rejoindre Chukung à 4730 mètres, ainsi retrouver de nouvelles sensations et consolider notre acclimatation après 7 jours passes entre 5000 et 5630 mètres. La nuit s’annonce réparatrice et bienvenue. 




4 mai

La nuit s’achève déjà, il faut sortir du sac de couchage confortable et « zamzam » ( go go en népalais) il est 5h et la montée au célèbre Kala Pattar à 5630m nous attend. Le jour se lève et nous progressons dans cette pente à 25%. Pour vous donner une idée de la difficulté, imaginez l’ascension du Mont Buet (3090m) dans les Alpes et déplacez le sommet de 2500m d’altitude !!
Le Pumori nous domine et l’Everest tout proche commence à se parer d’or sous les rayons du soleil qui se lève. Nous sommes éblouis et ébahis devant ces merveilles et très conscient de la chance de vivre cette "Aventure de l’intérieur". Bien acclimatés nous descendons sur GoraShep et décidons de remonter en direction du Camp de Base de l’Everest (5364 mètres) ou plusieurs expéditions se préparent pour l’ascension.
Nous avons la chance de rencontrer plusieurs prétendants à l’Everest et de passer un agréable moment en leur compagnie au "base camp", ou l’accès est normalement confidentiel.
Les sensations étant bonnes nous poursuivons cette grosse étape jusqu’à Lobuche sous les flocons qui nous accompagnent. Quelle journée dense et galvanisante pour la suite de notre expédition, notre acclimatation se déroule comme prévue et pensons déjà au passage du Kongmala demain à 5535 mètres avec la neige qui risque de ralentir notre progression .Namaste 




3 mai

Un lever exceptionnellement plus tardif ce matin sous les rayons du soleil, et c’est une journée magnifique qui s’annonce. Un départ direction Sud-Est sur une longue moraine déjà bien exposée aux rayons, la neige tombée de la nuit magnifie le Baruntse et l’Ama Dablam en face de nous pendant les premières heures. Nous avançons le pied léger malgré les 5000 mètres d’altitude, sous les rotations d’hélicoptères qui nous survolent sous l’œil expert de Fred, pilote de profession qui reconnaît même les modèles à leurs "ronron" !
Nous ressentons les effets bénéfiques de l’exposition à l’altitude à 5000 mètres sur nos organismes : nous évoluons depuis une petite semaine à ces hauteurs sans jamais redescendre et gardons notre rigueur dans les déplacements. Les prochains jours entre 5200 et 5600 mètres seront déterminants pour la suite de l’Aventure.
Nous bifurquons radicalement vers le Nord-Est optant pour la crête de la moraine pour mieux contempler le Pumori (7165 mètres) et le Kala Patar (5630 mètres) l’objectif de demain.
L’Everest se rapproche et l’on aperçoit déjà les tentes de l´Everest Base Camp qui grossissent au gré de de nos 2 heures de progression alternant marche sur le glacier Changri Shar et dans un pierrier qu’il faut traverser : tantôt descendre au cœur du pierrier, tantôt remonter, sans discontinuer jusqu’à Gorashep à 5180 mètres où nous passerons la nuit avec des sommets plein les yeux , le camp de base de l’Everest à moins de 2h d’ici.Merci de suivre notre Aventure de l’intérieur avec assiduité.


2 mai 

5h est devenu notre routine de départ, un chapati avalé et nous montons directement dans une ancienne vallée glacière où le vent  frais soulève la neige fraîchement tombée de la nuit. Le rythme est régulier, le soleil se lève derrière les montagnes mais nous n’en profiterons plus car notre progression se fera sur la face ouest entièrement à l’ombre. Bien vite surpris par l’épaisseur de la neige qui augmente, et comme nous serons les premiers à passer, nous comptons sur nos 2 guides expérimentés pour ouvrir la trace parmi les rochers et les méandres du glacier. Nous serons les premiers à sortir en haut du Cho La Pass a 5 420 mètres après une dernière heure à forte pente avec des passages équipés de câbles à certains endroits délicats. À cette altitude chaque accélération vous rappelle à l’ordre quand une enclume vient vous serrer les tempes, et j’en fais les frais ce matin.

Le panorama est magnifique, le soleil retrouvé fait luire l’Ama Dablam (6 853 m) et le Baruntse (7 162 m) tous deux proches de nous. Nous basculons ensuite pour une longue, très longue descente sur 600 mètres de dénivelés sur glacier, ou l’utilisation de bonnes chaussures prend ici tout son sens. La neige et les faces exposées des montagnes nous renvoient une chaleur caniculaire alors que nous sommes encore a 5 400 mètres. Nous atteindrons Dzongla a 4 850 m après 5h30 d’effort et la peau marquée des stigmates du soleil. « L’Aventure de l’intérieur » c’est aussi rendre hommage à ces vaillants sherpas et une pensée toute particulière à nos 2 porteurs qui suivent l’expédition avec le matériel et sans qui l’expédition serait impossible.

 

1er mai

Réveil à 4h30 et départ direct pour l’objectif du jour: le Gokyo Ri Peak a 5357 mètres (le petit déjeuner sera pour plus tard ! 😂). À peine sortis du sac de couchage, les yeux mi-clos nous progressons directement dans la pente pour 700m de dénivelés positifs. Les zigzags se succèdent mais nous conservons un rythme de montée régulier qui nous permet de dépasser quelques groupes partis bien plutôt : la stratégie de la montée régulière en évitant les arrêts nous montre une fois de plus son efficacité notamment en terme d’acclimatation. Le jour se lève, le soleil perce entre les sommets. Le lac noir du départ prend vite une belle couleur turquoise profonde. Le final se termine par un pierrier et nous avalons les derniers mètres sous les rayons du soleil qui font scintiller la neige.

Au sommet une vue à 360 degrés sur les plus beaux sommets qui se découvrent et même l’Everest perd son chapeau le temps d’une photo. La frontière tibétaine est proche, le Cho Oyu émerge de ses 8 188 mètres. Nous descendons alors jusqu’au lac Gokyo à 4 780 mètres éblouis par ses reflets turquoises et ensuite nous longeons le glacier Ngozumpa pendant 2 bonnes heures jusqu’à Dragnag pour une nuit à 4 690 mètres ou la neige continue de tomber à gros flocons. Les prochaines heures seront consacrées à la récupération car demain l’objectif est le Cho La à 5 420 mètres. Namaste.
 


30 avril 

Réveil à 4h00 pour cette étape difficile. Une pellicule de neige a recouvert la montagne et le chemin de son beau manteau blanc ; et nous démarrons lampes frontales vissées sur le bonnet ! Le chemin se relève aussitôt pour nous conduire à 4 800 m jusqu’au magnifique lac noir dans lequel la neige reflète sa blancheur. Le souffle se fait plus rapide et nos tempes commencent à battre la mesure. Nous profitons d’une légère et rare zone de plat pour récupérer et contempler les montagnes qui nous encerclent complètement, comme pris au piège à 5 000 m.

La dernière partie de l’ascension semble interminable avec près de 400m de dénivelés positifs à avaler, en zigzag dans un pierrier qui nous oblige à lever les genoux encore plus hauts. Et puis le Renjo Pass nous rend les bras a 5 365 m, la récompense. Les drapeaux multicolores caractéristiques du sommet s’agitent et nous saluent. Le vent pousse de gros nuages qui nous déchargent un joli grésil de neige. Quelques photos, le temps de s’hydrater et nous plongeons sur Gokyo à 4 750 m et son magnifique lac turquoise qui offre un spectacle féerique : le reflet des plus beaux 8 000 (Lhotse, Makalu,Everest , Cho Oyu).


 

29 avril

Départ de Thame en direction de Langden par une longue vallée qui remonte le long de la rivière sur 10 kilomètres. Notre allure est une allure de randonneur pour bien poursuivre notre acclimatation. Nous dépassons la zone des 4 000 m et une longue moraine nous emmène à 4 600 m. Il faut apprivoiser ces nouvelles sensations car notre organisme met un certain temps à s’adapter et éviter la sensation « d’étau « qui est signe de mauvaise adaptation. Nous veillons les uns sur les autres et désormais la communication est essentielle entre nous, surtout que demain nous franchirons le Renjo Pass à 5 365 m et les conditions risquent d’être difficiles car la neige vient de faire son apparition et tombe à gros flocons recouvrant le sol en qlq minutes. Les yacks qui broutent dans la pente restent immobiles et leur épaisse toison se recouvre d’un blanc immaculé. Nous restons positifs sur la suite de l’Aventure et intégrons la neige comme nouvelle difficulté.

 

28 avril

Nous commençons à prendre nos marques sur cette terre népalaise et partons de bon matin en direction de Thame. La montée sera régulière sur ce chemin étroit et déjà peu fréquenté. Les immenses rhododendrons parés de blanc, de rose et de rouge bordent notre sentier toute la journée. Nous progressons dans une vallée étroite et profitons d’une nouvelle journée d’acclimatation pour prendre des photos et nous immerger davantage dans la culture sherpa. Nous dépassons Thame pour monter en direction du monastère situé à la barrière des 4 000 m d’altitude. Le lama principal nous autorise l’accès et une rapide visite en prenant soin de se déchausser. Construit il y a 600 ans, l’édifice est chargé de spiritualité et de mysticisme, l’ambiance nous transcende et emporte chacun de nous plus près de notre propre chemin intérieur 🙏

Nous descendrons ensuite dormir à Thame (3 820 m) discuter des jours à venir autour d’un bon thé au coin du poêle pour terminer cette journée empreinte de spiritualité. Namaste.

 

27 avril

Belle journée d’acclimatation au départ de Namche Bazar en progressant dans le pays Sherpa à 3 873 mètres d’altitude. Le chemin monte directement et sans répit en direction de Khumjung avec une vue latérale sur le Lhotse, Everest et Nuptse et sous l’œil attentif de l’Ama Dablam, une montée qui vous hante et vous obsède des que vous la voyez, pour une prochaine "Aventure de l’intérieur" à 6 853 mètres d'altitude. Notre rythme est correct, parfait pour une acclimatation. Nous pousserons jusqu’à Kunde et visiterons l’hôpital Hillary, constater le peu de moyens à disposition, confirmé par Pierre le docteur de l’équipe. L'Aventure c’est aussi se rapprocher des cultures et accéder à des moments insolites sous le regard amusé et heureux des Sherpas.

Le moral de l’équipe est au beau fixe, des journées d’acclimatation comme celle-ci sont toujours un bon présage pour la suite de l’Aventure, vous réconfortant et permettant d’effectuer les derniers réglages avant d’entrer dans la très haute montagne. Namaste.

 

26 avril

Première véritable journée d’acclimatation avec un dénivelé positif de +1000 mètres jusqu’à Namche Bazar. Carrefour du commerce entre le Népal et le Tibet, nous croisons de longues files de mulets et de yacks chargés de lait, pommes de terre ou de beurre. Nous franchissons quelques ponts suspendus, l’un à plus de 120 mètres de haut qui se tortille sous l’effet du vent au-dessus de la « rivière de lait ».

L’ambiance est très bonne parmi l’équipe, nous progressons selon le plan. Dès demain, nous allons commencer une nouvelle phase s’acclimatation au dessus de 4 000 mètres, toujours avec la même rigueur. Les choses sérieuses commencent dans ce pays Sherpa. Namaste.

 

25 avril

Après 30 minutes de vol depuis KATHMANDU, L’atterrissage à Lukla s’est bien déroulé. L’équipe est au complet : Fred, Pierre et moi-même avons retrouvé nos 2 guides de haute montagne HASTA GURUNG (chef d’expédition) et SOM CHHIRING TAMANG, ainsi que 2 porteurs DILIP et MiKel. Après une rapide traversée de Lukla (ou c’était pour moi l’occasion de retrouver des enfants précédemment rencontrés ainsi que des népalais avec lesquels j’ai gardé contact) et une traditionnelle « photo de famille » nous partons pour rallier PAKDING notre première étape qui marque le commencement de notre acclimatation.

 

En savoir plus sur l'ascension de l'Island Peak :

Ascension de l’Island peak à 6 189 m dans la région de l’Everest au Népal

Everest

 - 23 jours

Ascension de l'Island Peak à 6 189 m et hauts cols de l'Everest

L’ascension de l’Island Peak (6 189 m) près des plus hauts sommets du monde avec une acclimatation parfaite grâce à 3 cols et 3 belvédères à plus de 5 000 m dont le Kala Pattar à 5 630 m et le camp de base de l’Everest.
Prochain départ assuré le 02/11/2024
5 540