11 octobre 2022 - Faune
Rhinocéros

Si chacun de nous peut décrire un rhinocéros, nos connaissances sur le sujet se limitent le plus souvent à : un gros mammifère gris avec une corne, ou peut-être deux. C’est sans conteste mieux que rien ! Cet animal charismatique est cependant bien loin de ne se limiter qu’à cette modeste description. Nous avons pensé qu’il n’est jamais trop tard pour remettre sur lui un coup de projecteur.

Retrouvez tous nos voyages à la rencontre de la faune.


Pour commencer, il n’y a pas un seul rhinocéros mais cinq !

Deux d’entre eux habitent la savane africaine, le rhinocéros noir (Diceros bicornis) et le rhinocéros blanc (Ceratotherium simum). Tous deux sont bien gris, et le rhinocéros blanc est des cinq espèces, celui dont la population est la plus grande, avec environ 16 000 individus à la fin de l’année 2021*. Il s’agit aussi, avec le rhinocéros unicorne ou rhinocéros indien (Rhinoceros unicornis), du plus gros d’entre eux. Pouvant peser 2,5 tonnes, il s’agit du plus gros mammifère terrestre après l’éléphant. Le rhinocéros noir, plus petit et plus léger (pas plus d’1,3 tonne), comptait 6 195 individus fin 2021.

Outre leur différence de taille, ils diffèrent également par la forme de leur bouche. Celle du rhinocéros blanc dispose de lèvres larges et carrées, adaptées pour brouter, alors que les lèvres du rhinocéros noir sont préhensiles, mobiles et pointues pour saisir les feuilles des arbustes en hauteur, principalement les acacias.

En néerlandais, le mot Widge veut dire large, comme la bouche des rhinocéros blancs. Le mot a été utilisé par les colons débarqués en Afrique du Sud au XVIIe pour le décrire. L’histoire raconte que ce mot, proche de white (blanc), aurait été confondu par les Anglais arrivés sur place deux siècles plus tard. Le mot white est resté, puis le mot noir est apparu pour distinguer l’autre espèce présente sur le continent.

Avec l’éléphant, le buffle, le léopard et le lion, le rhino est l’un des big five, les cinq animaux considérés comme charismatiques sur le continent africain.


Rhinocéros noir © Renaud Fulconis

 

Saviez-vous qu’il existe aussi des rhinocéros en Asie ?


Le rhinocéros de Sumatra (Dicerorhinus sumatrensis)

Ce rhinocéros à deux cornes, particulièrement méconnu, est celui dont les effectifs sont les plus bas. Il ne reste plus dans la nature qu’un maximum d’une cinquantaine d’individus d’une population qui, au milieu des années 80, était estimée à environ 800. L’estimation la plus optimiste, venant du gouvernement indonésien, est de 80 animaux.

Il se distingue aussi des autres espèces de rhinocéros par ses caractéristiques physiques. Sa couleur d’abord, grise, mais pouvant tirer vers l’orange. Ses poils ensuite, présents surtout sur ses oreilles et sa queue, et particulièrement présents sur les individus en captivité, moins soumis au frottement dans la végétation. Ils sont aussi les plus petits des rhinocéros, avec un poids allant de 500 à 960 kilos, et une hauteur d’un maximum d’1,5 m. Le risque majeur pesant sur cette espèce est leur habitat immense, parfois composé de forêts qui subsistent sans être systématiquement reliées entre elles. Il est de ce fait particulièrement difficile pour les individus de se trouver et de se reproduire. Un petit cependant est né dans la nature en mars dernier.
 

Le rhinocéros de Java (Rhinoceros sondaicus)

Comme le rhinocéros de Sumatra, cette espèce n’est présente qu’en Indonésie. Plus précisément, elle est rassemblée en une unique population, présente dans la péninsule d’Ujung Kulon et le parc national du même nom, à l’ouest de l’île de Java. Contrairement en revanche à son cousin de Sumatra, cette espèce a vu ses effectifs remonter, de 30 individus en 1967 à 55 environ en 1980. Cette population, au nombre de 76 individus aujourd’hui, est toujours fortement menacée de disparition.
Le rhinocéros rhino de java est aussi le seul avec le rhinocéros indien, à ne disposer que d’une corne.


Le rhinocéros indien (Rhinoceros unicornis)

Le plus grand rhinocéros asiatique est d’une taille et d’un poids similaires à son cousin africain, le rhino blanc. Il est  le représentant asiatique dont la population est la plus dense, avec 4 014 individus recensés fin 2021. Cette population est présente dans deux pays d’Asie uniquement, l’Inde et le Népal. Au Népal, le comptage effectué en mars et avril l’an dernier a confirmé la présence de 752 individus alors qu’ils n’étaient que 645 en 2015. C’est le parc national de Chitwan qui abrite la population la plus importante avec 605 animaux, suivi de celui de Bardia (29), de Suklaphanta (8) et de Parsa avec 3 individus.

C’est le rhinocéros indien que vous aurez le loisir de découvrir lors du voyage À pied sur les traces du tigre, que nous proposons au Népal. En effet, si le félin est au cœur de ce séjour dans le sud du Népal, vous pourrez également observer et photographier des rhinocéros dans les parcs de Chitwan et de Bardia.

© Renaud Fulconis
Rhinocéros indien © Renaud Fulconis

 

Ils sont fortement menacés de disparition

Si, à ce jour, seules deux espèces (les rhinos blancs /–3,1% par an depuis 2017 et les rhinocéros de Sumatra/ –13% par an sur la même période) sont sur le déclin, l’ensemble des cinq espèces est cependant menacé de disparition. Au moins 2 707 rhinocéros blancs ont été tués en Afrique entre 2018 et 2021. Si la dégradation de leur habitat menace l’avenir des espèces, c’est surtout le braconnage pour leur corne qui est à l’origine des inquiétudes qui persistent pour leur avenir.


Leur corne est pourtant faite de kératine, comme nos cheveux et nos ongles

Si les rhinocéros sont chassés, c’est en raison de la valeur considérable de leur corne sur le marché illégal. Bien qu’interdit, le commerce de cette corne peut rapporter gros, jusqu’à 200 000 euros le kilo, sachant qu’une corne peut en peser six chez le rhinocéros blanc. Elle vaut donc bien plus que l’or. Utilisée dans près de 200 produits de la pharmacopée traditionnelle chinoise, les vertus de la kératine n’ont cependant jamais été prouvées. Les rhinocéros sont donc tués pour une croyance bien ancrée, mais sans le moindre fondement.

© Renaud Fulconis
Rhinocéros blanc © Renaud Fulconis

 

Partir observer le rhinocéros

Népal

 - 15 jours

À pied sur les traces du tigre

Un voyage sur les traces du plus fascinant des félins, le tigre, que nous pistons à pied dans le parc de Bardia avant de découvrir les rhinocéros et de nombreux oiseaux à Chitwan.
Prochain départ le 02/11/2024
4 150
Querelle de mâles éléphants (Loxodonta africana) au Ngorongoro en Tanzanie

Tanzanie

 - 17 jours

Aventure animalière dans les parcs de Tanzanie

Personne ne revient de Tanzanie sans des souvenirs impérissables. Ce voyage vous entraîne de certaines des plus belles aires protégées d'Afrique à Zanzibar, une île où se mêlent histoire, culture et…
Prochain départ : nous consulter
6 750
Guépards (Acinonyx jubatus) à l'affût dans la réserve du Masai Mara au Kenya

Kenya

 - 16 jours

Safari dans les grands espaces du Kenya

En véhicule privé, une immersion dans six des aires protégées parmi les plus belles d'Afrique pour observer les carnivores et les herbivores les plus emblématiques du continent, aux côtés d'un guide francophone.
Prochain départ : nous consulter
7 890