05 octobre 2021 - Himalaya et Inde, Népal, Faune
Tigre à Bardia, Népal

Saviez-vous qu'il n’existe qu’une seule espèce de tigre (Panthera tigris), divisée en six sous-espèces ? Que, de nos jours, son territoire ne s’étend plus qu'à onze pays d’Asie ? Car oui, le tigre ne vit bien que sur le continent asiatique. Avant de revenir au Népal et de vous expliquer pourquoi ce pays est une destination privilégiée pour observer cet animal si populaire, voici quelques grandes lignes le concernant.


Où vivent les tigres ?

Le tigre du Bengale (Panthera tigris tigris) vit en Inde, au Népal, au Bangladesh et au Bouthan ; le tigre de Sumatra (Panthera tigris sumatrae) sur l’île de Sumatra en Indonésie ; le tigre d’Indochine (Panthera tigris corbetti) au Myanmar, en Thaïlande et au Laos, le tigre de Chine méridionale aussi appelé le tigre d’Amoy (Panthera tigris amoyensis) dans le sud de la Chine, et le tigre de Sibérie (Panthera tigris altaïca) en Russie.

Trois espèces se sont éteintes au cours du siècle passé : le tigre de Java, le tigre de Bali et le tigre de la Caspienne.

Au Népal, pas plus qu’ailleurs, vous ne verrez de tigre blanc. En effet, cet animal, issu du tigre du Bengale et de Sibérie, et présentant une déficience en mélanine appelée leucitisme n’est présent qu’en captivité. La naissance d’un tel individu ne peut se produire que par l’accouplement de deux parents également blancs, ce qui présente une conséquente consanguinité et les problèmes de santé qui en découlent. Cet animal, par ailleurs, ne présente aucun intérêt en termes de conservation de l’espèce. 

 

Un territoire qui diminue comme peau de chagrin

Le territoire du plus grand des félins s’appauvrit. Il est estimé que l’animal n’occupe plus que 5 à 7 % de son territoire d’origine en raison de la destruction, de la dégradation et de la fragmentation de son habitat. 

Par ailleurs, sa population globale de 100 000 individus il y a un siècle, n’était plus que de 3 200 en 2010. Les efforts joints des États, de donateurs, d’organisations internationales, nationales et locales, avec des financements importants, contribuent à l’augmentation de la population.

Une initiative qui voit le jour lors du sommet Tigre à Saint-Petersbourg en Russie en 2010 et nommée Global Tiger Recovery Program (GTRP) Ainsi, un travail conséquent a été initié pour doubler la population d’ici 2022. Une ambition finalement surestimée, qui a produit des résultats très inégaux en fonction des sous-espèces et des régions concernées.

L’Inde est le seul pays à déclarer, en 2018, y être parvenue. Elle abrite 70 % de la population globale de l’espèce et les effectifs seraient à présent de 2 967 individus, répartis dans les 51 réserves de tigres présentes dans 18 États. La population mondiale quant à elle est de 3 890 individus.

Bardia © Renaud Fulconis
Bardia, Népal ©  Renaud Fulconis

 

Braconnage

Permettre à ce mammifère carnivore d’accroitre sa population est un exercice compliqué, tant la pression sur l’animal est encore forte. Le braconnage à lui seul voit un nombre non négligeable d’individus disparaître chaque année. 

La demande en produits dérivés pour la médecine traditionnelle chinoise est encore forte : peau, dents, os, pénis, griffes, yeux... chaque partie du corps du tigre à un intérêt pour cette médicine traditionnelle sans que ses vertus n’aient jamais été scientifiquement prouvées.

 

Attaques de tigres

Par ailleurs, les efforts de conservation, et l’augmentation des effectifs de tigres qui en découle, sont dans certaines régions à l’origine d’une recrudescence des attaques des tigres sur l’homme. 

Quand le nombre d’individus augmente, mais pas la taille de l’habitat ni le nombre de proies, les félins peuvent chercher un site plus propice et s’aventurer dans les villages, quand ce n’est pas en périphérie même des villes. Cette proximité conduit parfois à des conflits entre humains et tigres.

Ces derniers peuvent s’attaquer au bétail quand ce ne sont pas les villageois eux-mêmes les victimes. Une situation qui amène le plus souvent les autorités à capturer l’animal pour le mettre en captivité, quand il n'est pas tout simplement tué en représailles.

 

Au Népal, la population de tigres a quasiment doublé

Au Népal, il est possible d’apercevoir les rayures du tigre du Bengale au sud du pays. Dans la région du Téraï, le tigre est présent dans les parcs de Parsa, Chitwan, Banke, Bardia et Suklaphanta. En août 2020, la population du pays était estimée à 235 individus alors qu’elle n’était que de 121 en 2010.

L’Inde est le pays le plus souvent choisi pour voir des tigres. Le grand nombre de parcs et le nombre important d’individus qu’ils abritent en font logiquement une destination de choix. Ranthambore dans le Rajasthan, Nagarhole dans le Karnataka, et Panna et Kanha dans le Madya Pradesh sont les parcs nationaux les plus convoités pour apercevoir le gros chat. Pour cette raison, aucune chance d’y être seul. Il vous faudra partager l’espace avec un nombre très conséquent d’autres voyageurs. 

Tigre dans la rivière à Bardia au Népal
Tigre dans la rivière à Bardia, Népal © Kris

 

Voir des tigres au Népal

C’est pourquoi, choisir le Népal pour partir sur les traces de l’animal apparaît comme une alternative très appropriée. À Bardia, le parc de 96 800 km² où Renaud Fulconis accompagne un voyage, dont le départ est fixé fin mars prochain, c’est le mot « paisible » qui vient en premier pour décrire l’endroit. Si de nombreux lodges ont été construits en bordure du parc, étouffer n’est jamais quand on y séjourne un sentiment ressenti. La zone est encore à l’écart des sentiers battus et bien moins impactée par le tourisme que le parc de Chitwan, à quelques heures en voiture.

Bardia, c’est calme. Et le grand nombre de maisons tharu, et environ 1 400 villageois, n’y change rien. Ici ce que l’on entend le plus, c’est le chant des oiseaux ou le cri de singes. Les véhicules sont rares et les engins agricoles pour la plupart tirés par des bœufs. Ainsi, ce qui surprend beaucoup de voyageurs, c’est la présence presque constante du silence. En nous rendant dans le parc à pied, nous évoluerons dans le silence. Un silence d’autant plus important que de trouver le tigre en dépend. Ici, la population était estimée à 18 individus en 2009, puis de 87 en 2018, et serait d’une centaine aujourd’hui.

Dans ce paysage paisible, nous suivons nos pisteurs sur les traces du félin. Bardia est l’un des rares endroits de l’habitat du tigre où le pister à pied est possible. Il s’agit là d’une expérience exceptionnelle qui justifie plus encore de s’y rendre. En plus du silence et du respect absolu des consignes qu’il faut s’approprier, il est nécessaire d’apprivoiser la patience. Installés à l’ombre, il peut nous falloir rester plus de deux heures à l’affût, immobiles, à attendre de pouvoir observer le fauve.

Chaque excursion dans le parc n’est pas couronnée de succès, mais si le tigre se fait parfois attendre, évoluer dans son habitat est une expérience en soi. Et puis, si le félin manque à l’appel, il est presque certain de pouvoir observer ses traces, quelques-unes de ses proies et aussi oiseaux et singes. Un rhinocéros ou un éléphant composent aussi, certains jours, le tableau d’observation.

Le voir enfin à l’issue d’une approche à pied est un cadeau qui génère une véritable excitation. Le plaisir qu’il procure est bien souvent supérieur à celui de le voir depuis le siège d’un 4x4.

Si peu de personnes ont vu un tigre sauvage, ceux qui l’ont fait à pied sont bien plus rares encore. L’observer ainsi à quelques centaines de mètres, sans qu’il ne soupçonne notre présence, est une expérience exceptionnelle que nous espérons vous faire vivre bientôt.

Partez observer le tigre au Népal : À pied sur les traces du tigre.
Et retrouvez tous nos voyages à la rencontre de la faune.

Népal

 - 15 jours

À pied sur les traces du tigre

Un voyage sur les traces du plus fascinant des félins, le tigre, que nous pistons à pied dans le parc de Bardia avant de découvrir les rhinocéros et de nombreux oiseaux à Chitwan.
Prochain départ le 13/04/2024
4 380
Tigre en sous bois en Inde

Rajasthan & Gujarat, Orissa & Inde centrale

 - 16 jours

Observation du tigre en Inde

Les parcs incontournables de l'Inde pour l'observation du tigre et la découverte de son habitat. Une occasion permettant d'approcher également les autres espèces qui le partagent. Un voyage duquel vous reviendrez transformé.
Prochain départ assuré le 13/04/2024
5 600
Trekking vers des rizières en bordure de forêt au Madhya Pradesh

Orissa & Inde centrale

 - 16 jours

Randonnée en Inde centrale et tigres de Pench

9 jours de randonnée en Inde centrale, dans des paysages qui ont inspiré la rédaction du Livre de la Jungle par Kipling, dans la région de Satpura et Pachmarhi. Puis approche des tigres dans le parc de Pench.
Prochain départ le 05/10/2024
3 950