26 janvier 2021 - Himalaya et Inde, Népal, Dossiers, Dossier Népal
Le Dhaulagiri à 8160 m et le Tukuche peak

À l’approche du printemps et du redémarrage de la saison de nos treks et expéditions au Népal, l’équipe de rédaction de Secret Planet vous propose des articles thématiques sur ce pays himalayen dont la richesse de ses peuples, de ses paysages et de ses itinéraires a peu d’égal. Dans l’article à suivre, nous revenons sur les meilleures périodes pour réaliser un trek au Népal.

De fait, il est possible de visiter le Népal toute l’année, le printemps et l’automne étant les saisons privilégiées pour le trekking car l’été, les nuages de mousson peuvent cacher les panoramas sur les montagnes et l’hiver, les hauts cols sont fermés par la neige.

Népal
© David Ducoin

Printemps entre  rhododendrons et  grandes expéditions

Le printemps au Népal, de mars à mai, est une saison plaisante pour le trek : le ciel est en général dégagé même s’il arrive que la couverture nuageuse apparaisse en fin de journée. La floraison des rhododendrons, de fin mars à mi-avril selon l’altitude, propose un spectacle de toute beauté sur les balcons des Annapurna et Poon Hill en particulier, mais également sur le tour du Manaslu, l’Everest et le Dolpo. La météo sur l’est du Népal, au Makalu et Kangchenjunga, est plus aléatoire donc cette région est moins privilégiée à cette période de l’année. Il en va de même pour l’ouest ou les hauts cols du Dolpo qui risquent d’être encore fermés par la neige. Le printemps est la bonne période pour les très hauts sommets, à 7 000 ou 8 000 mètres car la météorologie, si elle n’est pas toujours stable, est assez prévisible donc avec moins de surprises pour les ascensionnistes.

Népal
© David Ducoin

L’automne pour sa météo dégagée et les trekking peaks

L’automne au Népal est la saison idéale pour les vues sur les hauts sommets de l’Himalaya. Le ciel est bleu et dégagé, tous les treks y sont possibles. La fenêtre pour explorer l’est du Népal, en particulier le Kangchenjunga et le Makalu, se situe avant les premières neiges et après la mousson, souvent très tardive, donc de mi-octobre à mi-novembre. C’est aussi la meilleure saison pour les trekkings peaks, sommets de plus de 6 000 mètres accessibles sans grande connaissance technique de l’alpinisme, car la météo est stable. Il est à noter la possibilité de rafales de vent violentes qui freinent  alors la progression.

Népal yak
© David Ducoin

L’été au Dolpo et au Mustang

L’été au Népal, deux régions de trek restent « ouvertes » : le Dolpo et le Mustang. Au Dolpo, quelques pluies demeurent possibles dans l’après-midi. De ce fait, la région est verte et les caravanes de yacks sont nombreuses à rentrer du Tibet. Coté Mustang, nous explorons un désert d’altitude et les vues sur le massif de l’Annapurna sont magnifiques. Naturellement, il reste toujours possible de visiter la vallée de Kathmandu malgré les nuages de mousson.

Népal
© David Ducoin

L’hiver dans les vallées et petits treks dans les balcons 

En hiver, le Népal se ferme au trek en haute montagne car les hauts cols sont fermés par la neige et la température devient extrême.  Il demeure cependant tout à fait possible d'effectuer des trekking de niveau facile à modéré qui ne dépassent pas 4 000 mètres d'altitude. Et c’est la saison idéale pour découvrir la vallée de Kathmandu et ses collines : Dhulikel, Nagarkot, Namo Bouddha, etc. Au lac de Pokhara, les reflets de la chaine des Annapurna sont magnifiques.

Népal
© David Ducoin